Boutique de golf en ligne

MON ESPACE DE PARTAGEMon espace : AuldCom

Un espace dédié à vous, seulement vous...

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Re: Mon espace : AuldCom

Message par AuldCom » 23 mai 2018, 19:20

eglishadow a écrit :
23 mai 2018, 16:07
toujours aussi passionnant ! :)
les Ecossais ne disent-ils pas que ce qui différencie le golfeur de l'homme est le vent ? :mrgreen:
En fait sur les links que j'ai joués en Ecosse la plupart des greens ne pouvaient pas arrêter une balle comme sur un parkland "normal"...
On ne voyait que très rarement des pitchs, et souvent on conseillait de se poser avant (si possible) en anticipant la roule....sortir le putter assez loin aussi...
En tout cas, merci... j'adore :D
Effectivement, j'ai relevé un nombre infime de pitchs, pas parce que je n'en ai pas fait, mais juste parce que les greens était très durs !
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
eglishadow
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 11796
Enregistré le : 07 avr. 2014, 08:10
Index : 16,1
Localisation : 03
Âge : 69

Message par eglishadow » 23 mai 2018, 19:27

AuldCom a écrit :
23 mai 2018, 19:20
eglishadow a écrit :
23 mai 2018, 16:07
toujours aussi passionnant ! :)
les Ecossais ne disent-ils pas que ce qui différencie le golfeur de l'homme est le vent ? :mrgreen:
En fait sur les links que j'ai joués en Ecosse la plupart des greens ne pouvaient pas arrêter une balle comme sur un parkland "normal"...
On ne voyait que très rarement des pitchs, et souvent on conseillait de se poser avant (si possible) en anticipant la roule....sortir le putter assez loin aussi...
En tout cas, merci... j'adore :D
Effectivement, j'ai relevé un nombre infime de pitchs, pas parce que je n'en ai pas fait, mais juste parce que les greens était très durs !
oui je suis comme toi, très peu de pitchs, voire pas, sur des golfs fréquentés, donc greens très durs :)
Driver TW 919 THI et FD sur S2S white
bois 3TW (950 , 14,5°) S2S white
Bois 5, 7 et 9 TW 929 S2S white
TW Sterling 5 au LW Superlite S
Putter PXG Gunboat
-Chaque fois que je fais un birdie, je dois faire 2 triple bogey pour rétablir l'équilibre fondamental de l'univers.

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 23 mai 2018, 19:28

AuldCom a écrit :
23 mai 2018, 19:19
Et mon dos a moyennement apprécié l'effort après coup, j'ai dû passer par la case osthéo pour remettre de l'ordre. :mrgreen:
Après cette pause forcée d'une semaine, je suis revenu sur le parcours à Bossey lundi et j'ai scoré 79 (+8), égalant ma meilleure carte ! Après un départ poussif (bogey-double bogey), j'ai trouvé un rythme de croisière et j'ai surtout drivé comme jamais !!

Aujourd'hui, j'ai vraiment eu l'impression de jouer comme une m****, mais au final, je rends une carte de +14 (36 stab) ! Et le plus important, j'ai enfin réussi à faire un birdie sur le trou n°11, le dernier de Bossey qui se refusait encore et encore à mes tentatives de birdies ! Le Grand Chelem des Birdies à Bossey est donc complété, je peux changer de club ! :lol: :lol: :lol:
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

clement34
Birdie Expert
Birdie Expert
Messages : 1041
Enregistré le : 06 août 2015, 14:40
Index : 18,4
Localisation : Montpellier
Âge : 36

Message par clement34 » 23 mai 2018, 19:28

Et puis quand tu enchaînes ce genre de parcours ça doit aider à oublier la fatigue! :wink:
Driver TM R7
Rescue 2 TM
Bois 3/5/7 Maruman Shuttle
Fer du 3 au PW : TM RAC LT graphite
Wedges Cleveland : CBX (52°), CG10 (56°) et Reg.588 Tour action (60°)
Putter Odyssey White steel #2 CS

Index 2018 : 54>>>34>>>30.5>>>28.5
Index 2019 : 28.5>>>27.5>>>26.5>>>24.8>>>24.8>>>21.2>>>20.4>>>18.4>>>18.4

Avatar du membre
eglishadow
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 11796
Enregistré le : 07 avr. 2014, 08:10
Index : 16,1
Localisation : 03
Âge : 69

Message par eglishadow » 23 mai 2018, 19:29

et bien voilà de bonnes nouvelles ! bravo ! :D
tu nous diras vers quel club tu penses te diriger ? :lol: :lol:
Driver TW 919 THI et FD sur S2S white
bois 3TW (950 , 14,5°) S2S white
Bois 5, 7 et 9 TW 929 S2S white
TW Sterling 5 au LW Superlite S
Putter PXG Gunboat
-Chaque fois que je fais un birdie, je dois faire 2 triple bogey pour rétablir l'équilibre fondamental de l'univers.

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 23 mai 2018, 20:28

clement34 a écrit :
23 mai 2018, 19:28
Et puis quand tu enchaînes ce genre de parcours ça doit aider à oublier la fatigue! :wink:
Absolument !
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
Maxinpar
Birdie Expert
Birdie Expert
Messages : 1263
Enregistré le : 25 nov. 2011, 10:47
Index : 4
Pays : Australie
Localisation : Sydney, Australie
Âge : 41

Message par Maxinpar » 23 mai 2018, 23:03

AuldCom a écrit :
23 mai 2018, 19:28
AuldCom a écrit :
23 mai 2018, 19:19
Et mon dos a moyennement apprécié l'effort après coup, j'ai dû passer par la case osthéo pour remettre de l'ordre. :mrgreen:
Après cette pause forcée d'une semaine, je suis revenu sur le parcours à Bossey lundi et j'ai scoré 79 (+8), égalant ma meilleure carte ! Après un départ poussif (bogey-double bogey), j'ai trouvé un rythme de croisière et j'ai surtout drivé comme jamais !!

Aujourd'hui, j'ai vraiment eu l'impression de jouer comme une m****, mais au final, je rends une carte de +14 (36 stab) ! Et le plus important, j'ai enfin réussi à faire un birdie sur le trou n°11, le dernier de Bossey qui se refusait encore et encore à mes tentatives de birdies ! Le Grand Chelem des Birdies à Bossey est donc complété, je peux changer de club ! :lol: :lol: :lol:
C'est top de pouvoir se dire: "je peux faire le birdie sur n'importe quel trou ici. Je l'ai deja fait".
Bravo
Index Francais: 4.0
Index Australien: 2.0
Mes parties sur GameGolf

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 24 mai 2018, 08:24

Trump Turnberry – Ailsa Course (Round 1)

Mon Graal ! Enfin, je touche au but, je suis à Turnberry et vais jouer l’Ailsa Course, qui trône au sommet de ma liste de parcours à jouer depuis des années. Après un trajet sans histoire, j’ai du temps devant moi et en profite pour passer à l’hôtel et m’enregistrer. Grâce à une connaissance ayant de bons contacts, j’ai droit à une upgrade et me retrouve dans une chambre magnifique avec vue imprenable sur le parcours et la Mer d’Irlande. Donald a investi plus de €200 millions dans l’entière rénovation du resort, les deux parcours inclus, et ça se voit ! Il y a du bling bling certes, mais la charme du bâtiment, construit il y a plus de cent ans, a été préservé et le résultat est magnifique !

Ma présence ici tient aussi à une rencontre. L’année dernière, lors de mes vacances familiales en Grèce, j’ai joué une partie avec Rob, un australien vivant en Ecosse. Quand il m’a annoncé être membre de Turnberry, je n’ai pas manqué l’occasion de lui faire part de mon immense envie de jouer un jour sur l’Ailsa. Nous sommes restés en contact, je lui ai récemment parlé de mon projet de venir jouer en Ayrshire et je suis donc heureux aujourd’hui de le retrouver au clubhouse pour partager une partie (deux en fait) sur son parcours. D’abord parce que c’est vraiment un mec sympa, mais aussi, il faut bien l’avouer, car le tarif « invité de membre » est extrêmement moins cher que le greenfee public !

Image

Pendant que nous buvons un verre avant la partie, mon regard est irrésistiblement attiré par le parcours, juste en face de nous. D’abord parce que c’est tout simplement un des meilleurs tracés du monde, listé dans le top 20 quel que soit le classement ! Si sa réputation ne date pas d’hier, les travaux entrepris récemment ont été unanimement plébiscités et sa cote augmentée en conséquence. Il est également la plus récente addition des parcours recevant l’Open Championship, avec une première édition en 1977 restée comme l’une des plus fameuses prestations golfiques que notre sport n’ait connues ! Tom Watson et Jack Nicklaus se livrèrent un face à face de légende, signant lors des trois premiers tours le même score (68-70-65). Watson passa l’épaule le dimanche, devançant le Golden Bear d’un petit coup (65-66) pour ce qui est désormais connu comme « The Duel in the Sun », appellation qui désigne également le trou n°18 de l’Ailsa et le restaurant du club house.

Quatre éditions s’y sont jouées au total, et la dernière fut également fameuse ! Agé alors de 59 ans, Tom Watson, encore lui, avait un putt de 2.5m pour remporter l’Open 2009. Ça ne rentra malheureusement pas et il dû s’avouer vaincu au terme d’un playoff de quatre trous remporté par Stewart Cink. J’avais été scotché devant ma télé ce weekend-là, ébahi par la performance inouïe que Watson était en train de produire à son âge, et nul doute qu’il y est pour quelque chose dans ce « je ne sais quoi » qui a propulsé avec le temps l’Ailsa au sommet de mes priorités de golftrotter.
Tout ça pour dire que je suis très heureux d’être là, avec Rob ainsi que Kevin, mon caddie du jour. Et ce malgré le fait qu’il pleuve et surtout qu’il fasse un vent encore plus violent que ce matin à Western Gailes ! Les conditions sont assez dantesques, mais je prends ça avec philosophie, sachant que j’ai encore deux parties prévues le lendemain, et que le soleil et une petite brise sont annoncés ! Et ça me donne également raison d’avoir absolument voulu réserver des parties sur deux journées différentes, histoire d’optimiser mes chances au niveau climatique ! Appelons ça l’expérience du facétieux climat écossais.

Image

Le premier trou, se jouant contre le vent, donne tout de suite le ton, ça ne va pas être un après-midi de tout repos. Petit répit sur le second avant de repartir contre les éléments sur le n°3. Puis nous atteignons la côte et c’est là que le parcours commence à prendre toute sa dimension. Et c’est surtout parti pour huit trous avec vent favorable. Très favorable. Trop favorable même !! Sur le n°5, un magnifique par-5 de 470m se faufilant dans les dunes, je joue d’abord un drive énorme qui doit taquiner les 300 mètres. Il me reste 155 mètres au drapeau, en montée, je joue un F8 parfait qui dépasse le mât de 30 mètres !!! Totalement dingue, même pour un Swissbomber (en mode B-52) !

Je suis un peu dans le dur au niveau de mon jeu, mais j’avoue que ça me passe un peu par-dessus la tête. Je veux vraiment profiter de l’instant et utiliser cette partie comme reconnaissance pour celles agendées le lendemain. Je suis en Ecosse, ce temps peut arriver, ça fait partie du deal !! Enfin, je fais un peu le malin car je sais que je vais me goinfrer avec 36 trous et le beau temps, mais si j’étais en train de jouer ma seule partie sur l’Ailsa dans ces conditions, je serais sans doute …. très frustré ! Le vent est tellement fort que même tenter de prendre une photo en devient une épreuve, les rafales me bousculant sans vergogne. Je ne compte même pas le nombre de fois que je dois me reculer alors que je suis à l’adresse, prêt à jouer, et recommencer ma routine !

Arrive enfin le n°9 ! Avant les travaux, c’était un par-4 qui était le trou le plus proche du phare, emblème du club, mais sans pour autant y passer à proximité immédiate. Il s’agit désormais d’un somptueux par-3 avec son green au pied de l’édifice, transformé en « halfway house » et comptant même une chambre. Avant de jouer, mon caddie me suggère d’aller admirer la vue depuis les « Open tees », que je sais être sans égal, mais je préfère me garder cet instant magique pour le lendemain. On enchaîne ensuite avec encore deux trous exceptionnels, un par-5 et un autre par-3, qui en font peut-être la meilleure série qu’il m’ait été donné de jouer.

Image

Et c’est la fin de la rigolade, car il faut maintenant revenir en direction du clubhouse. Ce qui veut dire se manger de la rafale et de la pluie à pleines dents ! Comme ce matin où ça avait assez bien marché, je tente des coups tenus sous le vent, mais ça ne marche pas aussi bien qu’à Western Gailes. Donc je rame ! Et Rob aussi d’ailleurs, pourtant habitué à ces conditions. Mais mon humeur ne change pas, je suis en forme, mon dos ne me fait pas souffrir, je suis à Turnberry et il va faire beau le lendemain, que demander de plus ? Niveau golfique, la fin de partie ressemble quand même un peu à du remplissage, je n’y arrive plus trop.

Au cours de mes différents voyages en Ecosse ou en Irlande, j’ai pu mesurer à de nombreuses reprises à quel point les locaux aiment, volontairement ou pas, à sous-estimer l’impact du vent par rapport à notre ressenti de visiteurs. Ce qui est un fort vent pour moi n’est généralement guère plus qu’une bonne brise pour un type du cru. Mais pour le coup, même Kevin, qui passe le plus clair de son temps sur ce tracé à porter le sac des visiteurs, m’avoue sans concession trouver les conditions vraiment difficiles !

Image

Bref, j’ai testé un monstre sacré du golf dans des conditions dantesques et j’ai adoré ça ! Quel parcours incroyable ! Un superbe dessin, un entretien parfait, des vues (malgré le temps), un peu de déclivité et surtout un tracé ne pénalisant que les (très) mauvais coup !! In love je suis !
Après une bière bien méritée avec Rob et un couteux passage dans l’immense proshop, je regagne ma chambre alors que le ciel s’est entretemps dégagé et que le soleil baisse à l’horizon, pour découvrir cette vue. In love again !

Image

Un bon repas, un whisky et dodo, car la journée du lendemain s’annonce extrêmement exaltante !

A SUIVRE
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
eglishadow
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 11796
Enregistré le : 07 avr. 2014, 08:10
Index : 16,1
Localisation : 03
Âge : 69

Message par eglishadow » 24 mai 2018, 08:43

merci ! très bien écrit et toujours de sublimes photos ! merci je me suis régalé !

ton coup de fer 8 qui dépasse le green de 40 m me rappelle un coup de PW et un autre de F5 sur Dunbar par un vent dantesque, avec un retour pour drive à 147 m (avant l'arrivée de la neige à l'horizontale :roll: )
le PW a survolé un green à 128 m pour faire 152 m, le f5 à 189 m (en plus mal tapé) :mrgreen: pendant que je tapais un SW pour 98 m le type en face qui revenait tapait un bois 3 à 120 m :mrgreen: on a échangé et bien ri

ça devait être un souvenir indélébile ton parcours
Driver TW 919 THI et FD sur S2S white
bois 3TW (950 , 14,5°) S2S white
Bois 5, 7 et 9 TW 929 S2S white
TW Sterling 5 au LW Superlite S
Putter PXG Gunboat
-Chaque fois que je fais un birdie, je dois faire 2 triple bogey pour rétablir l'équilibre fondamental de l'univers.

Avatar du membre
Franc38
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 5180
Enregistré le : 05 mai 2016, 20:08
Index : Non classé
Localisation : Grenoble
Âge : 45

Message par Franc38 » 24 mai 2018, 09:37

Ça donne envie...
Le vent fait partie du golf mais quand il est fort c'est un peu usant mentalement je trouve. Je ne sais pas comment ça se passe en Suisse et en Savoie ces derniers temps mais pour l'instant on a eu beaucoup de vent en 2018 (j'ai du jouer une seule fois les distances normales sur mon parcours dégagé à flanc de montagne donc venteux)... Et certaines fois je fais 140m au fer 4 dans un sens et au trou suivant le même club fait ses 210m...
J'imagine que sur l'Ailsa avec un temps "difficile" ça devait être pire.
Bref la bière au 19 devait être très bienvenue !

Sent from my A0001 using Tapatalk

Driver : Nike Vapor Pro 10.5°; Diamana Blue S
5W : Acer XV 18° ou H2 : Inesis 900
H3 : Nike Vapor Flex @21°; Diamana Blue S
4-PW : Bridgestone J38 CB; PX 6.0
52°, 58° : SM7
Putter : Cleveland Classic #1 milled
Balle : Inesis Tour 900

Avatar du membre
g119129be
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3429
Enregistré le : 25 août 2009, 22:40
Index : 12,4

Message par g119129be » 24 mai 2018, 20:38

Super récit et belles photos.
On attend la mise à jour le classement :!:
pour savoir s'il y a des entrèes dans le top 10 et dans le top 3 :wink:
“I'd like to see the fairways more narrow. Then everyone would have to play from the rough, not just me.” -Severiano Ballesteros

meumeu91330
Par Expert
Par Expert
Messages : 798
Enregistré le : 30 sept. 2014, 11:47
Index : 7,7
Localisation : Perigny sur Yerres
Âge : 32

Message par meumeu91330 » 25 mai 2018, 08:19

Le rêve. :shock: :shock:
Quand je serais grand je ferais là même chose :oops: :oops:
Index
Début : 09/14 - 12/17 : 54>11.5
2018: 11.5 > 7.7

Matos:

Driver : TW 919 THI 11°
Bois 4 : TW 929 HS 16.5°
Hyb 3 : TW 775 HS 21°
Serie : TW Sterling - 4/LW
Putter: PING Scottsdale S

http://www.gamegolf.com/player/meumeu91330

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 25 mai 2018, 13:16

g119129be a écrit :
24 mai 2018, 20:38
Super récit et belles photos.
On attend la mise à jour le classement :!:
pour savoir s'il y a des entrèes dans le top 10 et dans le top 3 :wink:
Turnberry rentre haut la main dans le top3, Troon va faire le Top20 mais je vais attendre de jouer Dornoch et Castle Stuart dans 2 semaines pour finaliser mon nouveau Top25

La suite de mon récit attendra la semaine prochaine, je suis de nouveau en voyage mais sans clubs cette fois, j'écris de l'aéroport de Minsk, en route pour Kiev. 8)
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
g119129be
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3429
Enregistré le : 25 août 2009, 22:40
Index : 12,4

Message par g119129be » 25 mai 2018, 17:53

Kiev?
La où va avoir lieu la finale de la ligue des champions ?
“I'd like to see the fairways more narrow. Then everyone would have to play from the rough, not just me.” -Severiano Ballesteros

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 26 mai 2018, 00:03

g119129be a écrit :
25 mai 2018, 17:53
Kiev?
La où va avoir lieu la finale de la ligue des champions ?
Yes Sir ! Y a pas que le golf dans la vie ! Il y a aussi ma maîtresse, Liverpool FC :mrgreen: 8)
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

clement34
Birdie Expert
Birdie Expert
Messages : 1041
Enregistré le : 06 août 2015, 14:40
Index : 18,4
Localisation : Montpellier
Âge : 36

Message par clement34 » 26 mai 2018, 06:30

Elle a l’air sympa ta vie Auld !
:lol:

Enjoy!
Driver TM R7
Rescue 2 TM
Bois 3/5/7 Maruman Shuttle
Fer du 3 au PW : TM RAC LT graphite
Wedges Cleveland : CBX (52°), CG10 (56°) et Reg.588 Tour action (60°)
Putter Odyssey White steel #2 CS

Index 2018 : 54>>>34>>>30.5>>>28.5
Index 2019 : 28.5>>>27.5>>>26.5>>>24.8>>>24.8>>>21.2>>>20.4>>>18.4>>>18.4

Avatar du membre
eglishadow
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 11796
Enregistré le : 07 avr. 2014, 08:10
Index : 16,1
Localisation : 03
Âge : 69

Message par eglishadow » 26 mai 2018, 08:26

clement34 a écrit :
26 mai 2018, 06:30
Elle a l’air sympa ta vie Auld !
:lol:

Enjoy!
manquerait plus qu'il se gêne !!! :mrgreen:
Driver TW 919 THI et FD sur S2S white
bois 3TW (950 , 14,5°) S2S white
Bois 5, 7 et 9 TW 929 S2S white
TW Sterling 5 au LW Superlite S
Putter PXG Gunboat
-Chaque fois que je fais un birdie, je dois faire 2 triple bogey pour rétablir l'équilibre fondamental de l'univers.

clement34
Birdie Expert
Birdie Expert
Messages : 1041
Enregistré le : 06 août 2015, 14:40
Index : 18,4
Localisation : Montpellier
Âge : 36

Message par clement34 » 26 mai 2018, 08:39

Carrément!

Je précise que ce n'est aucunement de la jalousie mal placée (au cas où qq aurait un doute...)
Driver TM R7
Rescue 2 TM
Bois 3/5/7 Maruman Shuttle
Fer du 3 au PW : TM RAC LT graphite
Wedges Cleveland : CBX (52°), CG10 (56°) et Reg.588 Tour action (60°)
Putter Odyssey White steel #2 CS

Index 2018 : 54>>>34>>>30.5>>>28.5
Index 2019 : 28.5>>>27.5>>>26.5>>>24.8>>>24.8>>>21.2>>>20.4>>>18.4>>>18.4

Avatar du membre
eglishadow
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 11796
Enregistré le : 07 avr. 2014, 08:10
Index : 16,1
Localisation : 03
Âge : 69

Message par eglishadow » 26 mai 2018, 08:45

clement34 a écrit :
26 mai 2018, 08:39
Carrément!

Je précise que ce n'est aucunement de la jalousie mal placée (au cas où qq aurait un doute...)
t'inquiète !!! :wink:
aucun doute là-dessus, je suis positif moi ! :D
Driver TW 919 THI et FD sur S2S white
bois 3TW (950 , 14,5°) S2S white
Bois 5, 7 et 9 TW 929 S2S white
TW Sterling 5 au LW Superlite S
Putter PXG Gunboat
-Chaque fois que je fais un birdie, je dois faire 2 triple bogey pour rétablir l'équilibre fondamental de l'univers.

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 29 mai 2018, 15:31

Suite de mes aventures dans le Ayrshire, avec le joyau des joyaux !

Trump Turnberry – Ailsa Course (Round 2)

Un coup d’œil par le fenêtre dès le saut du lit et je sais que je vais passer une magnifique journée ! Le ciel bleu, à peine une petite brise, la mer calme, tout ça procure un agréable sentiment de sérénité … et une sacrée dose d’excitation ! Solide petit déjeuner, vérification de mon Nikon et c’est parti. L’hôtel surplombant le parcours, la courte promenade matinale en direction du clubhouse a presque des airs de marche triomphale. Je pense sincèrement être dans une sorte d’état second à cet instant, tant le décor est beau et ma joie immense.

Image

Je repasse par le proshop, j’achèterais la moitié de l’assortiment si je m’écoutais. Pour l’anecdote, le marchandising original affichait « Trump Turnberry » mais il semble que les affaires n’étaient pas à la hauteur des espérances. Un grand virage a été entrepris depuis, et la plupart des produits vendus désormais sont logotés d’un « Turnberry Scotland » de bien meilleur goût, pour mon plus grand bonheur !

Mon caddie du jour s’appelle Peter, un vieux de la vieille qui bosse sur le parcours depuis 42 ans ! Pour cette partie, je serai accompagné par Guy et Avy, deux jeunes Londoniens qui vont s’avérer être de très agréables partenaires. Les conditions de jeu et pour photographier sont parfaites, c’est parti !

Trou n°1 – Par-4 (355m) Léger dog-leg droite avec une nuée de bunker à la retombée du drive. Mon teeshot se glisse au milieu de ces pièges. Grosse gratte puis un wedge pour toucher le green bien défendu. Deux putts, BOGEY

Image

Trou n°2 – Par-4 (333m) Nous revenons en direction du clubhouse avec un léger dog-leg gauche cette fois-ci, et encore plusieurs bunkers attendant le moindre coup imprécis. Imprécis je suis, mais trouve un bout de rough, dont je peine à m’extraire. Il me faut donc encore un coup de wedge pour aller au green. Deux putts pour un nouveau BOGEY

Image

Trou n°3 – Par-4 (352m) C’est un nouveau léger dog-leg droite mais ce trou donne un peu de répit, sauf si on se perd à gauche. Drive pleine piste, puis un bon coup de fer trouve un bout de green. Très long putt qui ne trouve pas sa cible. PAR

Image

Trou n°4 – Par-3 (170m) Nous sommes maintenant au bord de la mer, avec la brise de face et du danger surtout entre le tee et le green. F4 parfait qui ne tient pas sur le green et file dans le rough. Approche hyper délicate avec un lie moyen et plusieurs pentes. Il me faut encore deux putts pour un nouveau BOGEY

Image

Trou n°5 – Par-5 (470m) Ne pas chercher à faire comme hier, ne pas chercher à faire comme hier ! Et oui, entre en ouragan dans le dos et une brise de face, il serait illusoire de vouloir rééditer mon exploit de la veille. Je m’efforce donc de jouer tranquille mais je lâche quand même mon drive (très) loin à droite… Je joue une provisoire qui termine dans la même zone, nous ne retrouverons que celle-ci… Depuis un lie compliqué, il me faut encore quatre coups pour atteindre le green… Les jours se suivent et ne se ressemblent pas … Un seul putt me permet toutefois de « sauver » un TRIPLE BOGEY

Image

Trou n°6 – Par-3 (124m) Petit trou mais il ne faut surtout pas s’arrêter à sa longueur. Car toute balle manquant sa cible est vouée à laisser un second coup très compliqué ! Guy nous a mis la pression en se posant à 3m du mât mais je réponds du tac au tac en jouant exactement le même coup ! Nous manquons les deux la transformation du birdie, c’est donc un PAR

Image

Trou n°7 – Par-5 (445m) Gros dog-leg gauche en montée. La mise ne jeu conditionne tout ; plus on est agressif depuis le tee, plus on se donne de chance de pouvoir y aller en deux coups. Driver-F5-SW et je suis au green, à 4 mètres du mât. Mais avec un putt de malade à jouer, tout comme Guy d’ailleurs qui est juste à côté. Malgré toute la confiance que je donne à Peter, je ne partage pas sa vision du coup à jouer. Guy joue en premier et me donne en partie raison. J’enchaîne avec mon idée mais ne trouve pas non plus la cible. Nous prenons le temps de remettre chacun deux balles mais rien n’y fait. Par la droite comme par la gauche, les pentes semblent faire fuir la balle du trou…. PAR

Image

Trou n°8 – Par-4 (380m) Un gros morceau où il est important de trouver la piste. Ce que je ne fais bien sûr pas, me perdant dans le rough à droite. Nous retrouvons ma balle mais … comment dire ? Ça va être compliqué de revenir au jeu, tant c’est épais ! J’en sors tant bien que mal en deux coups, mais je suis encore très loin. Mauvais F4 puis wedge, je suis enfin sur le green …. Deux putts et c’est un TRIPLE BOGEY

Image

Trou n°9 – Par-3 (165m) Je prends directement le petit chemin qui mène aux Open tees et la vue que j’y découvre est tout bonnement époustouflante ! La mer, les rochers, le phare, le ciel bleu, les nuages, la lumière, tout est parfaitement en harmonie pour nous offrir une composition visuelle parfaite ! Guy et Avy me rejoignent et partagent avec enthousiasme mon sentiment. Je leur dis en plaisantant (et encore !) que je serais prêt à payer le greenfee rien que pour jouir de cette vue ! Car elle est la plus somptueuse qu’il m’ait été donné de voir au cours de ma carrière de golftrotter, tout simplement ! Comme ça, instinctivement, je n’imagine que le trou n°16 de Cypress Point (si j’ai le privilège rare de pouvoir y jouer un jour) qui puisse rivaliser ! Pour info, le trou fait 225 mètres par-dessus l’eau depuis ce départ !

Image

Bon, ce n’est pas tout ça, mais il y a quand même un trou à jouer ! Depuis nos départs, d’une longueur heureusement plus modeste, la vue est également magnifique, il faut le reconnaître. Je ne suis pas trop déconcentré et ne manque le green que de peu. Mon approche me laisse néanmoins loin du mât et il me faut encore deux putts pour un BOGEY

Image

Trou n°10 – Par-5 (450m) Quel magnifique trou, encore !! Ayant joué un drive parfait la veille, je me permets d’ouvertement challenger mon caddie, avec humour of course, en lui annonçant ne pas avoir besoin de son aide pour cette mise en jeu. J’assume ce qui pourrait être pris pour de l’arrogance et claque une copie encore meilleure de la mise en jeu de la veille, sans l’aide massive du vent ! Il ne me reste que 180 mètres pour aller au green mais je force comme un débile mon F4 pour finir dans l’immense bunker me faisant face… Super coup depuis le sable qui me laisse juste court du green. Approche-putt, PAR

Image

Trou n°11 – Par-3 (142m) Je ne vais pas tourner autour du pot bien longtemps, ce par-3 est une tuerie ! Je sais, je me répète, mais qu’y puis-je ? Cette série 9-10-11 est juste un délire visuel, et j’affirme haut et fort que n’importe lequel de ces trois trous pourrait être le trou signature de 99.9% des parcours que compte notre planète ! Mais ce décor ne m’empêche pas de rester dans ma partie et toucher le green avec mon teeshot. Une fois encore, je suis loin du trou et il me faut donc deux putts pour signer ce qui reste un bon PAR

Image

Trou n°12 – Par-4 (352m) Changement de décor puisque nous quittons la côte et faisons un 180° en direction du clubhouse. Il est tout droit mais j’ai de la peine à le juger, n’ayant pas joué le moindre coup depuis le fairway en trois parties. Et je me suis même égaré très loin à droite à chaque fois ! Mais pour le coup, j’ai un bon lie et ma tentative pour aller au green est couronnée de succès ! Deux putts et encore un PAR

Image

Trou n°13 – Par-4 (330m) Entre le green précédant et ce départ se trouve un monument aux pilotes de la Royal Air Force morts au combat pendant les deux guerres mondiales. Lorsque que la première guerre fut déclarée, le terrain fut réquisitionné pour devenir un aérodrome militaire. Il en fut de même en 1939 et trois pistes en béton furent construites à travers le parcours. On en voit encore aujourd’hui une bonne partie et elles servent de parking lorsque l’Open Championship se joue ici. A l’instar du précédant, c’est encore un trou qui va me tourmenter durant ce séjour… A croire que je joue mieux quand je vois la mer ! Mon drive trouve un bunker dont il me faudra trois coups pour m’en extraire… Mon coup d’approche manque le green, et je ne peux pas faire mieux qu’approche-deux putts pour signer un QUADRUPLE BOGEY

Image

Trou n°14 – Par-5 (452m) J’ai de la suite dans les idées car ma mise en jeu va trouver trois fois le même bunker de fairway en autant de parties ! S’enchaînent toute une série de coups aussi mauvais les uns que les autres… Petit coup de mou après trente-deux trou dans la journée, qui donne un TRIPLE BOGEY

Image

Trou n°15 – Par-3 (160m) Le danger est devant et à droite, avec une grosse dépression d’épais rough où Peter me déconseille vivement d’aller. Ce n’est pas le meilleur coup de la journée, mais je trouve le green et me laisse une chance décente pour un birde. Ça ne rentre pas, deux putts, PAR

Image

Trou n°16 – Par-4 (375m) Gros morceau (SI1) avec un ruisseau barrant l’accès au green. Peter insiste sur le fait de jouer la gauche du fairway pour avoir un second coup moins difficile (notez que je n’ai pas écrit plus facile !). Gros slice dans le rough de droite … Nous retrouvons ma balle, le lie est correct mais j’ai encore une grosse distance. Je ne cherche pas à jouer au téméraire et me contente d’un lay-up avant le cours d’eau. Approche au mât, la sagesse a payé, un seul putt m’est nécessaire pour signer un très bon PAR

Image

Trou n°17 – Par-4 (354m) Encore un très beau trou mais assez difficile à négocier. C’est un léger dog leg gauche qui s’enfile entre les dunes, mais on ne voit qu’une petite partie du fairway depuis le départ. Drive qui part en hook dans les hautes herbes, aucun espoir. Je recharge et trouve la piste. Le green est en hauteur, bien protégé, je force et fais une grosse gratte… Je trouve quand même la cible au coup suivant, deux putts et c’est une TRIPLE BOGEY

Image

Trou n°18 – Par-4 (375m) Quand Tom Watson joua son 72ème trou de l’Open 2009 en quête de ce qui aurait pu être une des plus incroyables (voir la plus incroyable) victoires dans l’histoire du sport, il s’agissait encore d’un léger dog-leg gauche. Je me rappelle encore parfaitement de sa mise en jeu ce jour-là, à l’aide d’un long fer qui trouva le petit rough juste à droite du fairway. De nos jours, le trou est droit mais la disposition des bacs à sable peut imposer un peu de slalom. Je joue un missile balistique qui manque de peu de finir sa course dans le plus lointain bunker à droite, pourtant distant de 270 mètres ! Je n’ai besoin que d’un wedge pour trouver le green et me laisser une vraie chance de birdie, en face du clubhouse. Mais ça ne rentre malheureusement pas, je me contente d’un nouveau PAR.

Image

Au moment de serrer la main de mes partenaires et des caddies, je suis un peu dans un autre monde. Quel moment de nirvana golfique ont été ces quatre dernières heures ! Ce parcours est … je ne sais pas trop en fait, je cherche mes mots … trop beau pour être vrai ? Même si j’ai décidé de jouer un peu la montre avant de mettre à jour mon classement personnel, en attendant d’avoir joué Royal Dornoch dans deux semaines, la place que l’Ailsa Course trouvera ne laisse que peu de doute dans mon esprit…

Et niveau de ma prestation, il y a aussi des choses à dire ! Le résultat brut (+20) n’est certes pas hyper sexy, mais en y regardant d’un peu de plus près par contre … Les mauvais coups comptent autant que les bons au cours d’une partie, mais il n’empêche que je me punis en jouant +16 sur cinq trous, ce qui donne donc en contrepartie un (très) solide +4 sur les treize autres trous !! Sur le retour, je fais six pars et trois triples…. Largement de quoi se dire qu’il y eu un tas de bonnes choses, histoire de rajouter encore un peu de positif à cette incroyable matinée !

Après une bière (une excellente « Turnberry Ailsa Amber Ale » brassée exclusivement pour le resort) et un requinquant plat de pâtes en compagnie de Guy et Avy, il est temps de remettre la machine en route. Je suis en effet rejoins par Rob et son fils de 10 ans, Jake, avec qui je vais savourer (le mot n’est pas trop fort, croyez-moi !) une nouvelle partie sur l’Ailsa, la troisième en vingt-quatre heures !
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
eglishadow
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 11796
Enregistré le : 07 avr. 2014, 08:10
Index : 16,1
Localisation : 03
Âge : 69

Message par eglishadow » 29 mai 2018, 16:00

Magnifique CR, je me suis régalé , mille mercis :)
+20 c'est plutôt bien sur terrain inconnue de ce niveau
Note : en 1977 à l'Open c'est Watson qui met le fer en plein milieu du FW et Nicklaus qui balance son coup au driver dans le rough à droite.
pas si petit que cela d'ailleurs...Merci en core :D



si tu trouves que ça pollue j'enlève :wink:
Driver TW 919 THI et FD sur S2S white
bois 3TW (950 , 14,5°) S2S white
Bois 5, 7 et 9 TW 929 S2S white
TW Sterling 5 au LW Superlite S
Putter PXG Gunboat
-Chaque fois que je fais un birdie, je dois faire 2 triple bogey pour rétablir l'équilibre fondamental de l'univers.

Avatar du membre
Malalindex
Birdie Expert
Birdie Expert
Messages : 1221
Enregistré le : 15 juin 2015, 21:00
Index : 18,8
Localisation : Lille
Âge : 35

Message par Malalindex » 29 mai 2018, 16:05

C'est beau de pouvoir se faire des plaisirs comme ça.
On sent ton enthousiasme et ta joie dans le récit :)
"Le golf, il y a les bons jours et les mauvaises années"

vinska
Double Bogey Expert
Double Bogey Expert
Messages : 229
Enregistré le : 22 oct. 2014, 13:37
Index : 6
Âge : 39

Message par vinska » 29 mai 2018, 20:25

Merci Auld de nous faire partager ces expériences...
Que c'est beau...

Avatar du membre
Maxinpar
Birdie Expert
Birdie Expert
Messages : 1263
Enregistré le : 25 nov. 2011, 10:47
Index : 4
Pays : Australie
Localisation : Sydney, Australie
Âge : 41

Message par Maxinpar » 30 mai 2018, 00:00

eglishadow a écrit :
29 mai 2018, 16:00
Magnifique CR, je me suis régalé , mille mercis :)
+20 c'est plutôt bien sur terrain inconnue de ce niveau
Note : en 1977 à l'Open c'est Watson qui met le fer en plein milieu du FW et Nicklaus qui balance son coup au driver dans le rough à droite.
pas si petit que cela d'ailleurs...Merci en core :D



si tu trouves que ça pollue j'enlève :wink:
Auld et Eglish (et d'autres), si vous ne les avez pas encore regarde, il ya d'excellents petits documentaires NETFLIX sur ds vainqueurs de Brittish. 6x de memoire (Tige, Norman, Watson, Nicklaus, Els et Clarke). Le meilleur de loin est celui de Tom Watson, et je me souviens bien de ce qu'il a partage lorsqu'il a joue ce trou avec Jack. A voir absolument!

Merci de partager Auld, tu me fais rever!
Index Francais: 4.0
Index Australien: 2.0
Mes parties sur GameGolf

Avatar du membre
eglishadow
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 11796
Enregistré le : 07 avr. 2014, 08:10
Index : 16,1
Localisation : 03
Âge : 69

Message par eglishadow » 30 mai 2018, 07:12

Merci :D
Driver TW 919 THI et FD sur S2S white
bois 3TW (950 , 14,5°) S2S white
Bois 5, 7 et 9 TW 929 S2S white
TW Sterling 5 au LW Superlite S
Putter PXG Gunboat
-Chaque fois que je fais un birdie, je dois faire 2 triple bogey pour rétablir l'équilibre fondamental de l'univers.

bogeyman
Bogey Expert
Bogey Expert
Messages : 171
Enregistré le : 16 août 2006, 07:35
Index : 18,8

Message par bogeyman » 30 mai 2018, 09:45

Un pur régal tes photos et récits !

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 30 mai 2018, 15:39

Merci pour vos commentaires. :D C'est une évidence que cette virée a été une expérience totalement réussie, et je suis content d'avoir pu (ou su) un peu retranscrire mon sentiment en écrivant ces résumés. J'ai voyagé seul, il faut bien que je le partage un peu (en dehors bien sûr des résumés oraux à mon entourage) ! :idea: :mrgreen:

Il me reste finir le résumé du dernier parcours, pas facile de passer après une telle partie ! Mais ça avance !
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
Franc38
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 5180
Enregistré le : 05 mai 2016, 20:08
Index : Non classé
Localisation : Grenoble
Âge : 45

Message par Franc38 » 31 mai 2018, 09:13

Carrément magnifique... Je suis jaloux ! Merci de partager ces souvenirs et ces images !

Sent from my A0001 using Tapatalk

Driver : Nike Vapor Pro 10.5°; Diamana Blue S
5W : Acer XV 18° ou H2 : Inesis 900
H3 : Nike Vapor Flex @21°; Diamana Blue S
4-PW : Bridgestone J38 CB; PX 6.0
52°, 58° : SM7
Putter : Cleveland Classic #1 milled
Balle : Inesis Tour 900

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 31 mai 2018, 12:11

Trump Turnberry – Ailsa Course (Round 3)

Initialement, j’avais aussi prévu de jouer le second parcours de Turnberry, le King Robert The Bruce, qui a également bénéficié de très gros travaux de modernisation, visiblement parfaitement réussis. Mais dans le même temps, je voulais absolument jouer l’Ailsa une fois le matin et une fois l’après-midi, afin de bénéficier d’une lumière différente pour mes photos. Compte tenu des disponibilités de ce dernier, je n’ai eu d’autre choix que de m’offrir une troisième portion de dessert sur l’Ailsa. Quelle poisse quand même !

Rob est venu avec son fils Jake, 10 ans et je retrouve aussi Kevin, mon caddie de la veille. Au moment d’entamer notre round, je ne suis que partiellement descendu du nuage euphorique qui m’entourait depuis tout à l’heure et la fin de ma partie matinale. Je suis simplement heureux d’être nouveau sur le premier tee de l’Ailsa et tout ce qui suit ne va être que pur bonus, avec comme seuls objectifs de me faire plaisir, bien sûr, et photographier les trous où la lumière n’était pas optimale en matinée.

C’est la toute première fois que je rejoue dans l’enchaînement un parcours dans son entier, et ça amène une toute petite déstabilisation psychologique. En effet, qu’ils aient été bons ou mauvais, les coups joués du même endroit quelques heures plus tôt sont encore un souvenir vivace, et peuvent troubler la manière d’aborder son jeu au moment donné.

Image

Mon jeu n’est plus en mode « Par ou Triple » du matin, il est juste moyen. J’ai de la peine à retrouver certaines excellentes sensations qui m’avaient habitées et je rame plus souvent qu’à mon tour. Mais cela ne m’empêche nullement de n’amuser, grâce entre autres à l’hospitalité de Rob et la gentillesse de Kevin. Je suis assez impressionné par le jeu de Jake. Malgré son âge, il a décidé de jouer des jaunes (5570 mètres) pendant que nous partons des « Members tees » (à l’instar de mes parties précédentes) et ses quelques 5800 mètres. Son swing tout en souplesse est impressionnant, dommage que son jeu sur et autour des greens ne soit pas (encore) à niveau. Mais nul doute qu’il deviendra un excellent joueur en continuant de la sorte, surtout qu’il est irréprochable en termes de comportement, sans jamais le moindre geste d’humeur en cas de coup raté, comme c’est souvent le cas à cet âge.

Image

Comme si mon jeu était en attente d’une aide extérieure, c’est au somptueux n°9 que je suis enfin capable d’enchaîner deux bons coups de suite pour enfin signer le premier par de l’après-midi. Ça mérite une petite pause et enfin découvrir de visu ce que beaucoup considèrent comme le plus bel « half way house » au monde. Force est de constater que c’est sublime ! L’intérieur du phare est à l’image de l’hôtel et l’immense terrasse offre une vue sans pareil. Kevin me dit qu’il n’est pas rare que certaines parties s’arrêtent pour un bref stop et y restent finalement des heures… L’accès est ouvert au public et nul doute que j’irais boire un verre là-bas dès que l’occasion se présenterait, si je vivais dans la région !

Image

Jake ne se sentant pas très bien, Rob me propose de continuer seul avant de nous rejoindre tout à l’heure au départ du n°13 tout proche. Je me retrouve au départ du n°10 d’où j’ai déjà claqué deux des meilleures mises en jeu de la semaine. Il fait croire que j’aime autant cet endroit que lui ne m’apprécie, car je rejoue à nouveau un bijou de drive pleine piste ! Je n’arrive malheureusement toujours pas à toucher le green en deux mais signe un par. Même score au trou suivant, ce qui veut dire que je viens de compléter ce qu’on pourrait appeler l’Amen Corner de l’Ailsa dans le par, une belle manière de rendre hommage à cette fabuleuse série de trous !

Après avoir une fois de plus fait du zig-zag sur le n°12, alors même qu’il est absolument droit, je retrouve Rob et Jake, qui semble avoir retrouvé la forme après un bon burger au pied du phare. Je me perds à nouveau sur les trous n°13 et 14, avant de retrouver mon jeu et mes esprits pour le sprint final et terminer cette dernière partie avec quatre trous bien contrôlés !

Image

Avoir la chance de vivre une journée de golf offrant autant de sensations, d’émotions et de plaisir semble peu probable dans un avenir proche. Cette journée à Turnberry restera probablement pour un bon moment le pinacle de ma carrière de golftrotter. A moins que mes trente-six trous prévus samedi prochain au Royal Dornoch viennent déjà faire de l’ombre à l’Ailsa (c’est une éventualité crédible !), je ne vois guère que Bandon, Barnbougle ou encore Cypress Point qui puissent m’offrir un jour une expérience golfique aussi riche !

Après avoir partagé un repas au « Duel in the Sun » avec Rob et Jake, je prends congé de mes hôtes et vais savourer un moment de détente plus que mérité dans le magnifique spa du resort. Dire que ça fait du bien n’est qu’un doux euphémisme, et je profite de ces instants pour tirer un petit bilan comptable de cette incroyable virée golfique dans le Ayrshire : 3 jours, 108 trous, environ 56 kilomètres parcourus, environ 540 coups joués (la carte de score de Ailsa 1 n’est pas supporté la tempête), une quinzaine de balles perdues, presque autant de trouvées, un seul malheureux birdie, probablement le plus long drive de ma carrière et des quantités de souvenirs impérissables !

Image

Je reprends dès le lendemain le chemin du retour et je sais que cette escale à Londres Heathrow est capable de me jouer encore des tours. Mais c’est avec joie que je retrouve quand même mon matériel à Genève, pour la toute première fois en cinq passages par le hub londonien !

Il était écrit quelque part que ce voyage serait une réussite de A à Z !
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
Foutch
Birdie Expert
Birdie Expert
Messages : 1089
Enregistré le : 07 oct. 2013, 13:01
Index : 16,6
Localisation : Paris
Âge : 39

Message par Foutch » 31 mai 2018, 12:58

Et quelle réussite!

Brillant récit, superbes photos, belles émotions

On peut le bannir du forum? :mrgreen:

Naann... merci!!!!!
TM R7 10.5°
Titleist 913F 19°
Callaway XR H4 22°
Mizuno MP Fli-Hi3 21°
Cobra King TEC Forged 5-P
Cleveland RTX3 48 et 588 52&56
SC Golo S5

'08>54//'13>45//'14>30.2//'15>25.4//'16>23.4//'17>21.0//'18>20.2//'19>16.6

roro69
Birdie Expert
Birdie Expert
Messages : 837
Enregistré le : 03 sept. 2013, 10:29
Index : 12,7
Âge : 37

Message par roro69 » 31 mai 2018, 13:33

C'est sublime Auld ! Merci de partager ça avec nous !!

clement34
Birdie Expert
Birdie Expert
Messages : 1041
Enregistré le : 06 août 2015, 14:40
Index : 18,4
Localisation : Montpellier
Âge : 36

Message par clement34 » 31 mai 2018, 16:37

Oui, faut le bannir!
C'est écœurant toute cette joie (légitime) exprimée dans un seul post... :mrgreen:

Plus sérieusement, au vu du grand nombre de parcours que tu as foulé (et pas les plus moches en plus), c'est presque touchant de te lire si ému par cette expérience...
Driver TM R7
Rescue 2 TM
Bois 3/5/7 Maruman Shuttle
Fer du 3 au PW : TM RAC LT graphite
Wedges Cleveland : CBX (52°), CG10 (56°) et Reg.588 Tour action (60°)
Putter Odyssey White steel #2 CS

Index 2018 : 54>>>34>>>30.5>>>28.5
Index 2019 : 28.5>>>27.5>>>26.5>>>24.8>>>24.8>>>21.2>>>20.4>>>18.4>>>18.4

Avatar du membre
koil
Par Expert
Par Expert
Messages : 626
Enregistré le : 22 août 2013, 18:47
Index : 18,8
Âge : 42

Message par koil » 31 mai 2018, 17:32

le club house phare c'est wahooo....
Driver Callaway GBB epic 10.5° Matrix Ozyk black Tie 75M4 S
B3 Nike Vapor flex 15°Mitsubushi Dianama s+ 60 S
H4 TM Rbz St2 23° S
Fer Callaway Apex CF16 project x LZ 6.0 du 5 au AW.
W Callaway MDD3 54.10 58.9
Putter Odyssey Indianapolis toulon design

Avatar du membre
edess
Birdie Expert
Birdie Expert
Messages : 999
Enregistré le : 01 févr. 2014, 08:22
Index : 20,9
Âge : 48

Message par edess » 01 juin 2018, 07:39

C'est super sympa de faire partager tout ça des parcours et lieux que probablement beaucoup d'entre nous n'auront jamais l'occasion de faire ou visiter. C'est frais et quand c'est raconté avec vie c'est comme si on t'accompagnait.
TW 919THI 15,5° - Claymore MX48 F4
TW 929HS 5-18° & 9-24,5° - Claymore MX48 F4
TW Sterling Irons 5 au SW sur S2S Superlite SS - S
SC Futura X5R

(Titleist T-MB 3 - DG R300 AMT)
(Vokey sm5 56°-60°)

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 13 juin 2018, 16:15

Après un nouveau magnifique séjour en Ecosse (j'y reviendrai ces prochains jours, mais ça a encore été du lourd ! :D ), j'ai mis à jour mon classement personnel (passé de 20 à 25 parcours), en gras ceux entrés depuis le début de l'année.

1 Trump Turnberry - Ailsa Course (Ecosse)
2 Old Head (Irlande)
3 Kingsbarns (Ecosse)
4 Castle Stuart (Ecosse)
5 Trump International Links (Ecosse)
6 Royal Dornoch - Championship (Ecosse)
7 Wolf Creek (Etats-Unis)
8 Royal Portrush – Dunluce Course (Irlande du Nord)
9 Royal County Down - Championship Links (Irlande du Nord)
10 Cape Kidnappers (Nouvelle Zélande)
11 St Andrews – Old Course (Ecosse)
12 North Berwick (Ecosse)
13 The European Club (Irlande)
14 Monte Rei (Portugal)
15 Tralee (Irlande)
16 Ballybunion - Old Course (Irlande)
17 Red Mountain (Thailande)
18 Carnoustie - Championship Course (Ecosse)
19 Four Seasons Anahita (Ile Maurice)
20 Praia d'El Rey (Portugal)
21 Royal Troon (Ecosse)
22 Finca Cortesin (Espagne)

23 Paiute - Wolf Course (Etats-Unis)
24 Black Mountain (Thailande)
25 San Lorenzo (Portugal)
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 14 juin 2018, 11:02

A peine trois semaines après être rentré d’une mémorable virée dans le Ayrshire, je suis déjà de retour en Ecosse ! Contrairement au précédent, ce voyage était prévu de longue date, dans le but de retrouver un copain du club qui s’offre un tour golfique du pays de six (oui 6 !) semaines. Avec un autre pote de Bossey, nous nous envolons pour les Highlands. Alors que l’avion est en phase d’approche de l’aéroport d’Inverness, nous profitions d’un magnifique survol du parcours que nous découvrirons dans l’enchaînement : Castle Stuart.

CASTLE STUART GOLF LINKS (Round 1)

Il ne nous faut guère plus que cinq minutes de route pour rejoindre le club depuis l’aéroport, et nous sommes immédiatement subjugués par le charme de l’endroit. Le clubhouse est absolument fantastique et l’environnement magnifique. Inauguré en 2009, il a immédiatement obtenu ses lettres de noblesse en rejoignant le Top100 de la plupart des classements et en accueillant dès 2011 le Scottish Open (quatre éditions au total).
Alors que les caddies rencontrent généralement leurs joueurs au départ, ils nous attendent cette fois au clubhouse, bien avant notre heure de départ. Ils nous sont donc entièrement dévoués pour aller au practice ou au putting green, où ils ne manquent pas de nous distiller déjà quelques conseils bienvenus. J’hérite de Tom, qui s’avérera, comme très souvent, parfaitement à la hauteur de mes espérances.

Image

Le soleil brille, une brise moyenne souffle, tout semble en place pour passer un excellent après-midi de golf dans les Highlands. Les trois premiers trous longent la côte avec la mer sur la droite. Pendant que je commence par des bogeys, mon pote « écossais » entame la partie par un birdie suivi du premier eagle de sa carrière ! Comme de coutume, nous buvons une lampée de whisky à chaque birdie (ou mieux), ça commence donc fort !

Le n°3 est un court par-4 de 250 mètres en descente, qui peut donc se driver. Tom me signale qu’il n’y a guère de place pour l’imprécision et me conseille donc un long fer pour me placer, mais je veux quand même tenter ma chance. Mon drive sort loin à droite et je crains le pire, mais je me retrouve finalement en assez bonne position dans le rough et signe un bogey sans casse.

Image

Le n°4 est un assez long par-3 qui se joue dans une sorte de vallon avec le Castle Stuart en arrière- plan. Absolument superbe ! Je manque le green de peu à droite mais me laisse un chip infernal… Je le joue très bien mais ça file quand même quatre mètres au-delà du trou, ça donne encore un bogey. J’avais des attentes élevées sur ce tracé et ne suis pas du tout déçu, c’est superbe !

Image

Mon jeu n’est pas trop mal, mais je peine vraiment à trouver mes marques sur les greens, assez rapides certes, mais rien de fou. Ça donnera trois 3-putts rien que sur l’aller, pour une carte somme toute très correcte de +7. Mais dès le trou n°8, je commence à sentir une douleur assez vive sur le bas du tibia. Je n’ai pas la moindre idée de ce que ça peut être, n’ayant jamais été victime de ce genre de mal, mais plus la partie avance et plus je souffre.

Le début du retour offre le même genre d’environnement que les premiers trous, avec cette fois-ci un enchaînement absolument magnifique de quatre trous avec la mer sur la gauche et d’immense dunes recouvertes d’ajonc sur la droite. Les trous suivant remontent dans les dunes, avant que les deux derniers nous offrent une vue panoramique époustouflante sur les trous « du dessous » et la mer !

Image

Malgré mes efforts, la douleur insistante me fait sortir peu à peu de ma partie. Si elle ne me gêne pas en soi pour swinger, elle me fait quand même perdre beaucoup d’influx en marchant. Mon jeu ne ressemble du coup plus à grand-chose, je me rattrape donc Nikon en main (que ce parcours est beau !!!) ainsi qu’en admirant le niveau de jeu ahurissant de mon pote, qui n’a pas craqué après son départ canon et va rendre un 70 (-2), meilleure carte de sa carrière, une performance de choix pour un index 8 !

Nous fêtons ce résultat comme il se doit à Inverness, mais au moment de me coucher, je ne cache mon inquiétude pour la suite du programme. Comment vais-je être capable d’enchaîner 36 trous le lendemain avec cette jambe récalcitrante ?
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
Malalindex
Birdie Expert
Birdie Expert
Messages : 1221
Enregistré le : 15 juin 2015, 21:00
Index : 18,8
Localisation : Lille
Âge : 35

Message par Malalindex » 14 juin 2018, 11:36

AuldCom a écrit :
14 juin 2018, 11:02
Comment vais-je être capable d’enchaîner 36 trous le lendemain avec cette jambe récalcitrante ?
Le suspense!

Jolies photos de bien jolis parcours... comme d'hab.
"Le golf, il y a les bons jours et les mauvaises années"

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 14 juin 2018, 20:51

ROYAL DORNOCH GOLF CLUB (Round 1)

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les doutes liés à ma jambe ne se sont pas levés après une nuit de sommeil troublée par la douleur… A quelques heures de jouer deux parties sur un parcours classé systématiquement dans le Top10 mondial, je ne suis même pas certain de pouvoir commencer la première… Après une heure de route, nous arrivons aux abords du club house qui grouille de monde. Nous sommes accueillis par un jeune membre de l’équipe des caddie masters, qui s’avère être un français. Petite discussion sympa avec lui et quand nous ressortons du pro shop, nous découvrons avec joie que le drapeau suisse a été monté aux mâts situés aux abords du premier tee, annonçant ainsi l’origine des visiteurs du jour.

Image

Je n’ai aucune idée à quoi m’attendre au niveau de ma jambe, mais après avoir pris un anti-inflammatoire, nous entamons notre partie. Dans un premier temps, ça tient tant bien que mal, ça tire mais c’est supportable. J’enchaîne les bogeys sur un parcours vraiment très différents de la veille, mais hyper intéressant d’un point de vue golfique. Souvent petits, surélevés et ceinturés de pot bunkers, les greens demandent une attaque précise sous peine de se retrouver irrémédiablement dans une situation compliquée pour le chip à venir.

La montée en direction du tee du n°7 offre une vue générale sur le parcours. Même si les ajoncs ne sont plus à pleine floraison dans la région, le spectacle offert n’en demeure pas moins de toute beauté ! J’enchaîne une croix sur ce solide par4 de 425 mètres (des jaunes !) avant de me rattraper directement avec un birdie sur le trou suivant. Mais les douleurs réapparaissent déjà. Je n’ai pas envie de reprendre un cachet et sert donc les dents pendant un moment. Mon jeu s’en ressent, j’enchaîne quelques mauvais trous avant de me décider de reprendre un autre médicament, histoire de voir si c’est plus efficace. Si l’effet physique prend un peu de temps, son impact psychologique est immédiat et je terminerai les six derniers trous en +2.

Image

Sur le n°13, je m’offre une sorte d’exploit assez improbable. Je lâche d’abord mon drive (très) loin à droite sur le fairway du n°5. Mon coup de fer4 pour revenir part encore à droite et termine sur le fairway du n°4. Je touche quand même le green en régulation et signe un par en ayant joué sur trois trous différents !

Sur la fin, j’aperçois une voiturette sur un trou voisin et aborde le sujet avec Kyle, mon jeune mais excellent caddie. Je me dis que ça pourrait être la solution pour la seconde partie, mais il m’informe qu’il faut à priori un certificat médical pour pouvoir en obtenir une. Comme il rend bien compte de mon état, il accepte sans soucis d’appuyer ma demande une fois la partie terminée.

Image

La douleur reste présente mais j’ai vraiment retrouvé du jeu, ce qui me donne vraiment la motivation pour jouer le second tour, ce qui était tout sauf une évidence moins d’une heure plus tôt. Je termine donc cette partie sur une bonne note et à bloc pour la suite des événements. Ça serait vraiment dommage d’abandonner la chance de rejouer un parcours d’une telle qualité !
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 15 juin 2018, 11:54

ROYAL DORNOCH GOLF CLUB (Round 2)

Le club est tout à fait disposé à me louer une voiturette, sans même que Kyle n’ait à appuyer ma demande, sauf que leur maigre nombre de véhicules sont déjà tous sur le parcours… Ce n’est pas grave, le second médicament est bien plus efficace que le premier et je suis persuadé qu’il fera assez effet pour me permettre de jouer dans des conditions acceptables.

Image

Après un plat de pâtes, nous sommes de retour sur le premier tee en ayant hâte d’en découdre. En effet, Royal Dornoch est l’exemple typique de ces vieux parcours qui ne se laissent pas volontiers découvrir dès la première visite. Et ça se voit, quand on comprend un peu mieux le dessin de certains trous, on se facilite quand même bien la tâche. Le driving est malheureusement un peu en berne et implique trop souvent des coups délicats pour s’extraire du rough. En dehors de quelques coups perdus, le reste des secteurs de jeu est assez en place et je termine l’aller sur un +7 plutôt convaincant. Surtout que ce n’est pas comme si les douleurs avaient complétement disparu, car elles restent bien présentes, sans pour autant court-circuiter mon jeu comme précédemment.

Image

J’adore ce parcours ! Il n’a peut-être pas la vista de Castle Stuart, mais quelle qualité de dessin. J’ai vraiment de la peine à identifier le moindre trou faible ! On est totalement dans un esprit où, s’il existe souvent plusieurs manières de jouer le trou, seuls les meilleurs coups offriront un angle optimal pour aller au green. L’exemple type est « Foxy », le trou n°14, qui se trouve être le trou affichant le SI le plus élevé, alors même qu’il est le seul du parcours à ne pas compter le moindre bunker !

Image

Le retour suit un scénario proche de l’aller, où seules quelques mauvaises mises en jeu handicapent un jeu plutôt en place. Je signe à nouveau un +7, pour un +14 total qu’on peut considérer comme inespéré en repensant à mon état le matin même ! Je suis vraiment soulagé d’avoir pu jouer ces 36 trous dans des conditions plus ou moins acceptables, même si je suis parfaitement conscient que cela ne me donne aucune garantie concernant ma capacité à renouveler l’expérience le lendemain.
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 19 juin 2018, 16:01

CASTLE STUART GOLF LINKS (Round 2)

Dès le réveil, je me rends compte, sans surprise, que ce n’est pas gagné pour encore enchaîner 36 trous dans la journée. Car les douleurs n’ont bien sûr pas disparu comme par enchantement, mais elles n’ont néanmoins pas empiré pour autant. Et comme je pense avoir trouvé le bon médicament pour tenir le choc, un optimisme réservé est donc de rigueur.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous retournons sur les lieux de notre première partie, avec un parcours que nous avions les trois adorés. Contrairement à moi, mes partenaires ont décidé de se passer de caddie pour cette fois, et je retrouve l’excellentissime Nigel, qui avait aidé Jacques à signer son -2 il y a deux jours. Je suis vraiment très content de l’avoir à mes côtés car j’avais déjà noté ses compétences évidentes. Ça commence avec un truc tout bête, mais qui en dit long sur sa volonté de bien faire. Alors que mes potes sont au driving range, je suis sur le putting green à tenter de comprendre ces greens qui m’avaient tant tourmenté l’avant-veille. Après avoir méticuleusement nettoyé mes clubs, en ne se gênant pas - à raison visiblement - de descendre le travail de Kyle à Dornoch, il s’avance vers moi et me suggère de me placer à environ un mètre du trou et de jouer des coups fermes et plein centre, sans tenir compte d’une éventuelle pente. Je m’exécute et je ne cache pas que ça me sera utile dans les heures à venir.

Image

Le soleil peine à percer les nuages, et c’est avec une légère brise que nous entamons cette nouvelle partie. Après deux bogeys sans histoire particulière, nous nous retrouvons au départ du n°3, ce court par-4 que j’avais sans succès tenté de driver. Le drapeau est à 250 mètres en légère descente avec vent arrière, c’est donc tentant mais je peine à faire confiance en mon driver. Je reste plus sage aujourd’hui et empoigne mon fidèle F2. Coup d’une pureté rare, je ne prends même pas la peine de suivre ma balle du regard et me baisse satisfait pour relever mon tee. En me relevant, je suis étonné de voir Nigel toujours en train d’observer attentivement mon coup, jusqu’à ce qu’il me lance « You’re on the green buddy ! » Inutile de nous expliquer mon étonnement extrême, mais ma balle est bien là, à peine courte du mât, avec un putt à venir d’environ 6 mètres.
Après avoir pris trois-putts, nous nous retrouvons au départ du n°4, un par-3 d’environ 160 mètres, où se déroule une action caritative. En mettant £10, on s’offre une chance de recevoir un bon d’une valeur de £20 à faire valoir le jour même au pro shop. Comme j’ai de toute manière prévu d’y acheter quelque chose, je tente ma chance et trouve le green. On nous sert même une bonne lampée de whisky, qui pour le coup, remplace celle que nous n’avons pas pu boire au trou précédant.

Bon ok, j’imagine bien que vous vous êtes rendus compte que j’avais essayé de rester discret sur la fin de ma « prestation » sur le trou n°3 ? Deux semaines après les faits, je crois que je ne me suis toujours pas remis de la bêtise sans nom dont j’ai fait preuve sur cette rare mais réelle opportunité d’eagle ! Bien sûr, le premier putt était tout sauf donné, avec une double pente, mais ça n’empêche pas que je ne l’ai « pas putté », ne me laissant pas l’ombre d’une chance de voir le trou… Me reste alors un bon mètre où je n’ai qu’à mettre en pratique ce que Nigel m’a fait jouer au putting green. Mais englué dans je ne sais quel tourbillon d’émotion(s), je fais n’importe quoi et trouve le moyen de signer l’un des pars les plus décevants de ma carrière ! Je suis tout sauf sanguin mais j’ai vraiment à ce moment envie de plier de rage le shaft de mon Scotty en deux, avant de me rappeler que le seul couillon dans l’histoire est celui qui se trouve au bout du manche !

Image
Ce petit point blanc au loin, source de tant de frustration ! (cliquez pour agrandir)

Retour au n°4 où une grosse gorgée de Talisker m’a permis de me remettre d’aplomb et jouer un bon teeshot. Pour le coup, j’ai gagné £10 et une réelle chance de prendre à nouveau trois putts…. En effet, le drapeau est pour ainsi dire au même endroit que l’avant-veille, et je me laisse encore une fois coup de damné pour aller au trou. Je suis juste en bordure d’un gros break gauche-droite, et il n’y a qu’un coup parfait qui puisse me laisser une petite chance d’en finir avec seulement deux putts. Mais parfait mon putting ne l’est pas et je sors donc avec un quatre.

Image

S’en suit une fin d’aller sans réel relief mais sans catastrophe pour autant, qui donne un +8. Petite pause au « half way house » et c’est reparti pour un retour qui va s’avérer bien différent des neuf premiers trous. Ce petit arrêt semble m’avoir été bénéfique, je tâche de ne pas trop penser à ma jambe, qui me fait quand même souffrir par intermittence, et retrouve du jeu pour signer deux pars. Un vilain top sur mon chip au n°12 m’envoie dans le haut rough et je ne suis même pas malheureux de signer un double. Mais ce n’est qu’un accident sans suite, mes mises en jeu, la plupart du temps au F2, font le boulot, mes fers retrouvent de la précision et mon putter semble enfin avoir compris ces greens. Du coup, j’enchaîne encore cinq pars consécutifs avant de jouer le dernier trou.

Image

J’avoue être peu un déconcentré à ce moment-là, le par sorti d’ailleurs au n°17 m’ayant permis de remporter la « chouette » (ou 4-2-0) du jour, avec la manière ! Du coup, j’enchaîne trois coups franchement moyens sur ce par-5 qui me permettent de quand même me retrouver devant le green, mais dans une profonde dépression de terrain. Je tâche une fois encore de faire valoir ma relative « science » du putting depuis le fairway (c’est vraiment un élément de mon jeu qui fonctionne très très bien !) mais le coup n’est pas assez précis pour que je puisse me contenter d’un seul putt et je conclus donc cette partie sur un bogey. Ça donne donc un plus qu’excellent +3 sur le retour et un non moins positif +11 au total, une perf’ sur un parcours que je trouve vraiment sublime !

Passage au pro shop pour dépenser notre bon puis au restaurant du club house pour un excellent lunch en attendant de filer à notre prochaine destination du jour.
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
MAT12
Birdie Expert
Birdie Expert
Messages : 1137
Enregistré le : 01 janv. 2014, 11:04
Index : 10,1

Message par MAT12 » 19 juin 2018, 16:07

C'est magnifique tout ça Auld, merci pour tes partages!
Ça me donne envie de retourner la bas ou l'Irlande que je ne connais pas, tu m'as bien donné envie aussi.

Avatar du membre
eglishadow
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 11796
Enregistré le : 07 avr. 2014, 08:10
Index : 16,1
Localisation : 03
Âge : 69

Message par eglishadow » 19 juin 2018, 16:16

magnifique photo et très bon CR, ça donne vraiment envie d'y aller ! merci :D
Driver TW 919 THI et FD sur S2S white
bois 3TW (950 , 14,5°) S2S white
Bois 5, 7 et 9 TW 929 S2S white
TW Sterling 5 au LW Superlite S
Putter PXG Gunboat
-Chaque fois que je fais un birdie, je dois faire 2 triple bogey pour rétablir l'équilibre fondamental de l'univers.

tomcat
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 6767
Enregistré le : 12 nov. 2007, 16:23
Index : Non classé
Pays : Royaume-Uni
Localisation : London

Message par tomcat » 19 juin 2018, 16:17

AuldCom a écrit :
19 juin 2018, 16:01
en deux, avant de me rappeler que le seul couillon dans l’histoire est celui qui se trouve au bout du manche !
je l'ai toujours dit !!! C'est la tete du putter qui deconne !!! :mrgreen:
Driver PXG 0811X Gen2 9* - Stinger 60s
3w Epon AF203 15* - Speeder Evolution 569
Epon AF 903 18* (iron 3 DI) - Steelfiber i95cw
Epon AF 903 22* (iron 4 DI) - Steelfiber i95cw
5-AW Epon 503 - Steelfiber i95cw
Yururi Keigekiku Tour Wedge 52/58 - KBS Tour 120 Wedge stiff
Toulon Portland H4 - UST Filtered shaft - The Gripmaster Cognac stitched grip

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 19 juin 2018, 20:38

THE NAIRN GOLF CLUB

Il ne nous faut guère plus de quinze minutes pour rejoindre notre dernière destination dans les Highlands. S’il n’affiche pas le même pedigree que les deux autres parcours déjà joués, Nairn n’en demeure pas moins un des très bons parcours écossais (Top25). Contrairement à la veille ou encore à mon récent séjour dans l’Ayrshire, la pause entre les deux parties a été plus longue cette fois (3h), et je sens immédiatement que je n’ai plus le même influx physique et psychologique pour affronter ce tracé, surtout que le vent a significativement forci depuis tout à l’heure.

Image

Il n’a pas plu depuis un mois sur la région et ça se voit, car les fairways sont d’une fermeté et d’une sécheresse rarement expérimenté. J’avais lu qu’il fallait attendre quelques trous avant que le parcours gagne un peu en intérêt, et c’est effectivement un peu le cas. En plus, les craintes concernant mon jeu se confirment, je n’y arrive plus vraiment, et ce n’est pourtant pas ma jambe qui pose spécialement problème. Mais je pense avoir laissé pas mal d’énergie pour canaliser les douleurs, sans compter un sommeil très perturbé par de vives lancées.

Image

Tout ça mis bout à bout, ça ressemble un peu au parcours de trop, même s’il devient clairement plus intéressant au fil des trous. Idéalement, il aurait dû se trouver à un autre moment de notre programme, mais nous avons fait au mieux des disponibilités pour caser ces 90 trous en trois jours. Mais pour être honnête, l’expérience s’apparente un peu à manger dans un bon bistrot de quartier dans l’enchaînement de quatre repas dans des restaurants « 3 étoiles ». En plus, avec mon niveau de jeu, c’est un peu comme si je n’avais pas faim…

Image

Ça ne veut pas dire que ce n’est pas bien, mais la comparaison est clairement délicate après Castle Stuart et Royal Dornoch. Il y a néanmoins de très bons trous, et j’ai bien aimé l’enchaînement 9 à 17, même si je ne n’y suis vraiment plus du tout au niveau du jeu. Cette virée se termine un peu en demi-teinte, tant cet après-midi ne m’a guère procuré de réel plaisir…

Image

Mais si je reviens en arrière et repense à ces merveilleux parcours que j’ai joué au cours de ces trois voyages en Ecosse depuis la fin mars, je me dis que ce n’est pas cher payé. Surtout que je ne manquerai de donner une autre chance à Nairn si l’occasion se présente !

See you Scotland, I love you !
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 19 juin 2018, 20:55

Et sinon depuis cette virée ?? Rien, je me suis contenté de soigner cette jambe, et c'est en très bonne voie. Je pense peut être faire un galop d'essai de neuf trous demain, sans doute en voiturette, pour ne pas prendre de risque.

Sinon, le parcours sera occupé dès jeudi par le Championnat de France par Equipes - 2ème Division Mid-Amateurs Messieurs.
Je me suis porté volontaire pour officier comme commissaire de parcours un moment jeudi, puis profiter pleinement des accès gratuits que le clubs a négocié avec d'autres clubs de la région. Ça me permettra de jouer le Domaine Impérial vendredi (que j'ai joué il y a un mois environ) et le Golf Club de Genève dimanche, deux des tout meilleurs parcours de Suisse, très privés qui plus est ! En gros, c'est deux heures de bénévolat pour €330 de GF économisés ! :D
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

tomcat
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 6767
Enregistré le : 12 nov. 2007, 16:23
Index : Non classé
Pays : Royaume-Uni
Localisation : London

Message par tomcat » 19 juin 2018, 21:03

Tu sais ce que tu as eu du coup?
Driver PXG 0811X Gen2 9* - Stinger 60s
3w Epon AF203 15* - Speeder Evolution 569
Epon AF 903 18* (iron 3 DI) - Steelfiber i95cw
Epon AF 903 22* (iron 4 DI) - Steelfiber i95cw
5-AW Epon 503 - Steelfiber i95cw
Yururi Keigekiku Tour Wedge 52/58 - KBS Tour 120 Wedge stiff
Toulon Portland H4 - UST Filtered shaft - The Gripmaster Cognac stitched grip

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 20 juin 2018, 07:46

tomcat a écrit :
19 juin 2018, 21:03
Tu sais ce que tu as eu du coup?
Une inflammation au tibia, rien de grave
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 21 juin 2018, 10:06

Retour sur mon petit galop d’essai d’hier où tout ne s’est pas passé exactement comme prévu, mais … :wink:

A la base, j’avais prévu de louer une voiturette, mais elles étaient toutes prises par les équipes qui faisaient leur reconnaissance en vue du Mid-Am. Si la sagesse eu prévalu dans mon esprit, j’eu annulé ma partie, mais sage je ne suis pas quand on parle de golf ! Donc départ à pied, pour un aller qui va durer 2h30, la réco de ce parcours compliqué semblant prendre beaucoup de temps pour certains.

Trou 1 – Par-4 (311m en montée) : Driver mal contacté qui termine dans le rough de gauche de ce dog-leg droite. Le lie est ok mais en montée avec les pieds plus bas que la balle. Avec l’OE à gauche du green, je ne cherche pas à jouer au héros, je m’aligne bien à droite, ma balle atterrit dans le talus et redescend sagement sur l’avant-green. Approche au putter mais ça reste très court. J’ai encore quatre mètres et rentre le putt. PAR

Trou 2 – Par-5 (451m en descente): Après un bon F2 qui trouve le fairway, je joue un F6 toppé qui, au lieu d’avancer comme espéré, ne trouve que le ruisseau barrant le trou. Je me droppe et joue un très bon F8 qui trouve le centre du green. J’ai 6-7 mètres avec une forte montée sur la première moitié, j’en mets beaucoup trop et dépasse de 3 mètres. Le retour ne rentre pas, ça donne un BOGEY

Trou 3 – Par-4 (326m en montée) : Bon drive mais la pente du fairway me ramène la balle dans le rough de gauche. C’est bien épais, j’ai une branche qui peut potentiellement me gêner et le drapeau est posté à l’entrée. N’ayant aucune chance de m’y coller, je joue un bon 50° qui trouve la cible, mais sans spin, file tout au fond. J’ai 25 mètres en descente, avec un léger droite-gauche sur les deux premiers tiers, puis un plus appuyé gauche-droite sur la fin. Mon algorithme cérébral m’informe de viser le trou et laisser faire les pentes. Je m’exécute en conséquence, j’ai l’impression que la balle roule des heures avant de terminer in the hole ! :shock: :D J’ai même droit à des applaudissements venant de la terrasse du restaurant du club surplombant le trou ! Je n’ai aucun souvenir d’avoir déjà boîté un putt aussi long en 18 ans de golf, ça fait donc un magnifique BIRDIE

Trou 4 – Par-3 : 140m au drapeau dans un position compliquée, avec à peine une once de brise contre. F8 parfaitement touché qui se met à 4 mètres. Légère descente, léger droite-gauche, mon putt ne break juste pas assez et termine derrière le trou. PAR

Trou 5 – Par-4 (292m en montée): Affreux coup de drive qui termine looooooooooiin à droite, atterrit même HL mais la pente ramène ma balle en jeu. Lie moyen en montée avec pied bien plus bas. Je m’aligne très à droite, surclubbe à souhait et trouve un bout de green. Il me reste un peu le même coup qu’au n°2, à la différence que tout ce qui dépasse le trou prend le risque de sortir de green et finir dans le bunker. Ça va d’ailleurs arriver à un de mes partenaires, comme quoi il n’y a pas qu’à l’US Open qu’on peut voir ça. Dans ces conditions, avec encore le putt du n°2 en tête, je reste beaucoup trop timide et reste court de 3 bons mètres. Mais je me rattrape derrière avec un amour de putt pour un nouveau PAR

Trou 6 – Par-3 (135m en légère descente): F9 dans le bunker de droite, comme d’habitude serais-je tenté de dire… Je n’ai pas manqué une seule sortie du sable en Ecosse, malgré la fréquente difficulté des coups à jouer mais je décide de « tricher », comme je le fais souvent dès que j’en ai l’occasion. Si le bac à sable où je suis tombé comporte une lèvre, il y a un petit tas de sable dans la ligne qui va me permettre de jouer au putter. C’est quelque chose que je fais souvent quand c’est possible, et ça me réussit très bien en général. Pour le coup, c’est risqué car si ma balle ne prend pas la ligne exacte, elle butera contre la lèvre et restera ensablée… Le coup est parfaitement exécuté, la vitesse semble bonne, la balle prend la pente sur la fin et termine dans le trou ! Mes partenaires sont hallucinés mais ont apprécié l’imagination de mon coup ! Et l’air de rien, c’est la toute première fois de ma carrière que je rentre un coup depuis un bunker ! BIRDIE

Trou 7 - Par-4 (356m) : Puissant drive qui sort un peu à gauche mais revient gentiment avec le fade. La balle disparaît dans la descente, mes partenaires me félicitent pour cette belle mise en jeu, sauf que nous n’allons jamais retrouver ma balle… Un truc vraiment inexplicable avec cette trajectoire !! Et ce n’est pas faute d’avoir cherché à quatre ! La seule éventualité plausible semble un très très mauvais kick contre un sprinkler ou une marque de distance sur le fairway, qui aurait dégagé ma balle en HL à gauche, mais c’est tiré par les cheveux, vu la distance… Bref, je me droppe pour mon quatrième coup (application des règles 2019) en considérant ce scénario et trouve quand le même le moyen de me mettre à 4 mètres du mât. Gros break gauche-droite mais je suis à l’aise avec ça, et ça rentre. On dira donc que ça fait un BOGEY

Trou 8 – Par-5 (445m) : F2 lâché dans les arbres à droite, je n’ai pas d’autre choix que de me recentrer latéralement. F5 pourri qui ne fait pas du tout la distance, mais je joue un super F7 qui se met à 5 mètres du mât. Putt en montée avec un léger gauche-droite, ça semble parfait jusqu’à ce que la balle fuie le trou au dernier moment. BOGEY

Trou 9 – Par-4 (287m en forte montée) : Bon drive qui trouve le fairway. Le mât est planqué juste derrière un bunker, je veux la jouer agressive mais ne trouve que le sable. Bonne sortie (au 58° cette fois 😊) et deux putts. BOGEY

Pour un galop d’essai que je n’aurais peut-être pas dû faire, j’en sors avec un +3, deux coups « historiques » et une jambe qui a bien tenu le choc. 24 heures plus tard, à froid, je me dis quand même que c’était probablement un petit peu trop tôt pour astreindre ma jambe à une telle marche, je pense donc prendre une voiturette demain au Domaine Impérial.

Sinon le parcours est magnifiquement préparé ! Mais ceux qui n'auront pas fait une réco en bonne et dûe forme vont souffrir ! Tout ça de pris pour notre équipe, qui ambitionne ouvertement de retrouver la 1ère Division en jouant à domicile !
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
AuldCom
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 3926
Enregistré le : 05 mai 2011, 09:17
Index : 11,7
Pays : Suisse
Localisation : Genève
Âge : 45

Message par AuldCom » 30 juin 2018, 14:12

Beaucoup de golf ne rime pas toujours avec bon golf ! Car s’il y a effectivement eu de la quantité ces derniers jours, que dire de la qualité de mon jeu ?

Ça commence vendredi passé par une partie au Domaine Impérial, où j’ai déjà été invité il y a un mois. Cadre magnifique et parcours manucuré, mais si l’aller est vraiment somptueux, le retour est loin de tenir la comparaison mes yeux. Nous jouons avec un vent tourbillonnant très difficile à anticiper, mon jeu n’est pas du tout en place, partie compliquée.

J’enchaîne dimanche au GC de Genève, le club de la haute société genevoise. Le parcours a été entièrement rénové l’année passée et j’en avais déjà eu un aperçu en jouant l’aller peu de temps après les travaux. Là encore, le parcours est superbe et magnifiquement entretenu mais même critique que pour le Domaine Impérial, car il y a quelques trous franchement répétitifs sur le retour alors que l’aller est technique et très intéressant à jouer. Les greens sont incroyables et profitent de la même technologie de ventilation sous-terraine qu’à l’Augusta National par exemple. Il se raconte que chaque green a coûté €1 million ! En même temps, pour un club où le droit d’entrée se situe à €45'000 à fonds perdus, l’argent ne semble pas vraiment être un souci ! Comme l’avant-veille, mon jeu d’enfonce dans la médiocrité… Mais belle journée quand même !

Je reviens à Bossey lundi et mardi, où mon jeu sombre dans le désastre, quelque que soi le club en main. Oui, les greens sont dans un état fabuleux après le championnat de France Mid-Am 2ème division, mais ça n’explique pas tout. Il n’est pas trop tard pour réagir, je prends rendez-vous avec mon pro pour le jeudi.

Je suis à deux doigts d’annuler ma partie du mercredi, car comme si mon niveau de jeu n’était pas une excuse suffisante, j’ai vraiment eu une grosse soirée la veille. J’ai d’affreuses remontée acides en marchant vers ma balle sur le 1er trou, mais j’entame quand même la partie par birdie-birdie ! Allez comprendre ce qui s’est passé depuis la veille (à part la consommation de quelques litres de bière !) mais mon jeu tient la route. L’effet placebo du cours à venir peut-être ? Quoi qu’il en soit, je suis en +3 au turn et encore +8 au départ du 17. Mais la fatigue me rattrape à ce moment là et je termine la partie avec deux croix… Pas grave, je me suis rassuré, je sais encore jouer !

Ce que Mark, mon pro, va me confirmer le lendemain, au cours d’une heure où il ne faudra guère plus que quelques ajustements « basics » pour remettre mon jeu d’aplomb. Ça tient parfois à tellement peu de choses.

Du coup, j’ai pris hier la décision qui me trottais dans la tête depuis un moment au sujet de mes clubs. Après un troisième essai qui n’a fait que valider les précédents, j’ai commandé les Taylor Made P790 (F4-GW) montés sur ce que je joue déjà actuellement, les KBS Tour. J’en ai profité pour rajouter un H2, le TM M3 que j’avais aussi déjà essayé avec succès. Je le joue un poil plus long que mon F2 et il me donnera un peu plus de flexibilité pour les longs coups depuis le fairway et surtout du rough. Ils devraient arriver d’ici deux semaines.

Mais je ne suis même pas plus impatient que ça, puisque je pars demain matin pour deux semaines en famille en Grèce ! Et comme la photo ci-dessous le montre, il y aura bien sûr du golf au programme. 8) Nous retournons au Westin Costa Navarino où nous avions séjourné l’été passé, et je me réjouis vraiment de retrouver les deux superbes parcours du resort !

Image
Des falaises vertigineuses de Cape Kidnappers en Nouvelle Zélande aux décors idylliques de la côte de Maurice,
des paysages désolés de Wolf Creek aux Etats Unis à la légende de St Andrews en Ecosse, retrouvez
mon itinéraire golfique et photographique à travers vingt-et-un pays et cinq continents

Avatar du membre
eglishadow
Albatros Expert
Albatros Expert
Messages : 11796
Enregistré le : 07 avr. 2014, 08:10
Index : 16,1
Localisation : 03
Âge : 69

Message par eglishadow » 30 juin 2018, 15:53

alors bonnes vacances à toi et aux tiens :D :)
Driver TW 919 THI et FD sur S2S white
bois 3TW (950 , 14,5°) S2S white
Bois 5, 7 et 9 TW 929 S2S white
TW Sterling 5 au LW Superlite S
Putter PXG Gunboat
-Chaque fois que je fais un birdie, je dois faire 2 triple bogey pour rétablir l'équilibre fondamental de l'univers.

Répondre

Retourner vers « MON ESPACE DE PARTAGE »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités